Chemin des amours barbares (Le) : Genèse médiévale...

Non disponible.

Entre l'Antiquité et le Moyen Age classique, le sexe médiéval fait dans l'imaginaire contemporain triste mine: durant six ou sept siècles dits obscurs - du Ve au XIIe -, après la mort des plaisirs antiques, auraient dominé en Occident des amours barbares et bestiales que l'Eglise aurait fini par dompter, non sans quelques refoulements. En vérité, sur les conduites sexuelles, les structures de parenté et plus largement le rapport entre les femmes et les hommes au temps où se constituaient les cultures de l'Europe occidentale, la lumière restait à faire malgré les travaux pionniers de Denis de Rougemont ou de Jack Goodie. Le grand historien Georges Duby, dans le prolongement de ses travaux sur le "mâle Moyen Age", avait entamé la tâche, en s'adjoignant l'un de ses disciples, Jean-Pierre Poly. Le maître parti, l'élève a dû achever l'entreprise.L'enquête part de l'inceste, ce nœud gordien du sexe, et identifie les règles et les prohibitions autour desquelles s'entrevoient les comportements et les fantasmes des sociétés que nous qualifions de barbares, héritant ainsi d'un préjugé de la culture antique. Pourtant, malgré sa supériorité proclamée, la société de l'Empire méditerranéen finissant, étatique, machiste et endogame, dut composer avec les us et coutumes des sociétés gentilices, notamment germaniques, faites de parentés larges où dominaient les femmes. De cette confrontation mal avouée naquit au XIIe siècle la sexualité médiévale européenne, un inégal et difficile équilibre entre les deux sexes qui, à travers et malgré les renaissances romanisantes, réassurances d'un pouvoir masculin légitimé de l'antique, mène jusqu'aux rapports qui prévalent aujourd'hui.

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres